PRÉSENT PLUS QUE PARFAIT

Ne laisse jamais les choses que tu désires te faire oublier les choses que tu possèdes.

Et n’oublie jamais que tout ce que tu penses posséder en ce moment un jour disparaîtra.

Alors profitons de ce moment, de ce confort actuel, de la situation dans laquelle on se trouve en ce moment même. Car il n’existe que cela. On peut bien vouloir tendre vers un ailleurs à venir, être en direction de, avoir des buts, mais sachons demeurer flexible et fluide et si la vie se moque de nos plans, suivons le courant. Go with the flow.

On planifie souvent. On aime penser l’avenir. On prépare par en avant. Rien de mal à ça. Suffit de rester présent, dans le moment, quand on le fait, dans le présent de la vie, ce grand cadeau d’impermanence.

Souvent, nos désirs du un peu plus tard nous fait oublier la grâce du moment actuel. Ce moment qui file sans cesse, qui nous glisse entre les doigts. Comme le font nos souvenirs, nos mémoires de l’avant, l’avant maintenant.

On dit d’ailleurs que si nous sommes tristes ou déprimé(e)s, c’est qu’on vit dans le passé, alors que l’anxiété et le stress viennent de notre appréhension de l’avenir. Pas fou ni faux.

Alors la valeur refuge réside dans le présent. Dans ce moment qui glisse sur le dos du temps.

Et ce n’est pas un hasard si les mots cadeau et présent sont synonymes. La vie ne se passe que dans le moment, dans le présent, dans ce présent plus que parfait. Toutes les autres conjugaisons ne sont qu’une distraction. Car ce qui fut n’est plus, et tout ce qui sera n’est que souhait, qu’un peut-être incertain.

Nous ne possédons rien, même pas notre propre corps physique. Qu’un prêt qu’on nous accorde, à plus ou moins long terme. Portons-y intérêt, mais avec un certain détachement. On tient parfois pour acquis ce véhicule humain qui nous abrite. Mais le temps qui passe nous rappelle que le bail de location roule, et que la vie se déroule. La vie défile, avec nous dedans, et elle en nous.

L’éternité est tissé de moments présents.

Alors vivons-les tous ces petits moments passagers qui fuient vers nulle part, un à un, lentement, avec présence et simplicité, chaque moment pour ce qu’il est, un à la fois, chaque moment dans la foi.

Sans nécessairement savoir d’où l’on vient ni où l’on s’en va. Car nous ne pouvons qu’être ici et maintenant à la fois, et c’est déjà assez, beaucoup, plus que parfait cadeau de la vie.

_______
Ces chroniques vous sont offertes gratuitement, de bon coeur, et par pur plaisir d’écriture de ma part.
Si vous appréciez les mots postés ici, et si vous le pouvez, merci de contribuer par quelques dollars aux frais requis afin qu’aucune publicité n’apparaisse sur ce blogue par un don à la mesure de votre régularité de lecture et votre capacité de contribuer via interac @ atisupino@gmail.com /// Merci de considérer.

Pour toute contribution de 20 $ ou plus, vous obtiendrez une copie électronique de mon récit autobiographique à venir en 2023, intitulé «La petite vie d’un gars ordinaire» – À la rencontre de gens extra ordinaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s