S’AIMER D’AMOUR SEMER L’AMOUR

Dès que tu t’aimeras, tout coulera naturellement en toi et vers toi.

La chose la plus essentielle pour nous, coeurs humains, s’aimer soi-même, est possiblement l’une des tâches les plus difficiles à accomplir et réaliser. La job d’une vie. Jamais finie, jamais complète. L’amour est un never ending story, une histoire sans fin. On peut avoir du succès, faire fortune, être reconnu(e), mais sans amour, tout tombe dans le vide, rien ne se dépose. Et on continue à courir.

Ah s’aimer. Semer de l’amour en soi. De l’amour en soie. Doux doux amour. Pour ensuite le laisser s’expandre, se répandre, grandir et s’agrandir, contaminer le monde, surtout celui autour de soi, le laisser couler de soi, en soi comme autour. Être généreux de notre amour. Car l’amour ne se contente pas de peu. L’amour est gourmand, et gourmet, l’amour voit grand, et guérit tout.

Il ne reste qu’à le définir, et à le laisser nous définir. Jamais fini l’amour, qu’une source fluide et incessante.

Fou de même la vie. S’aimer, qui devrait pourtant être si simple et naturel, constitue tout un apprentissage, possiblement le plus grand des défis de notre humanité. Une histoire sans fin, mais avec de plus en plus de finesse. Fin fin l’amour.

Ce monde remplit de guerres, de haine, de heurts. Finalement qu’une grande quête d’amour. Pas un amour de quêteux, un amour généreux, un amour chaleureux. Un amour qui se cherche. Et qui nous trouve, si on se laisse faire.

On dit qu’on ne peut aimer autrui davantage qu’on s’aime soi-même. Alors on doit commencer là où sont posés nos pieds, là où repose notre coeur.

Certain(e)s semblent s’aimer mais n’aiment qu’eux-mêmes. Ils/elles s’aiment beaucoup beaucoup. Amour vide, amour en forme de cercle, vicieux. L’amour doit voyager.

Sans aimer les autres, et surtout en prendre soin, cet amour est vain. L’amour, s’il ne peut grandir et s’extasier dans le monde entier, s’il ne peut s’exprimer sans conditions, n’est pas de l’amour, c’est de la peur, c’est du manque, qu’un remplissage inefficace et incessant du vide intérieur.

En effet, on ne peut aimer davantage autrui que l’on ne s’aime soi-même. Alors il faut donc commencer par soi. Mais ça ne peut et ne doit se terminer là car sinon incomplet, immature cet amour.

Aimez-vous les un(e)s les autres disait notre ami Jésus. En premier lieu, il y a le aimez-vous. Et ensuite seulement les un(e)s les autres. Aimez-vous en vous-même et entre vous. Laissez l’amour aimer. Laissons l’amour rimer avec toujours.

On dit aussi que le contraire de l’amour n’est pas la haine, c’est la peur. Parait que l’amour et la haine ne sont qu’une même et seule énergie.

On dit aussi que les autres ne sont que nous des nous-mêmes, mais à l’extérieur de soi. Un miroir, une occasion de se voir et d’apprendre à aimer sans condition.

Ah l’amour, quel terrain de jeu, et d’apprentissage. Apprentie sagesse.

___
Lorsque vous détestez, vous générez une haine réciproque.
Lorsque des individus se haïssent, le mal est limité; mais lorsque de grands groupes de nations se haïssent, le mal peut être infini et absolu.
Ne retombez pas dans l’idée que ceux que vous haïssez méritent d’être haïs.
Je ne sais pas si quelqu’un mérite d’être haï, mais je sais que la haine de ceux que nous croyons être mauvais n’est pas ce qui rachètera l’humanité.

– Bertrand Russell, Human Society in Ethics and Politics (1954).

2 réflexions au sujet de « S’AIMER D’AMOUR SEMER L’AMOUR »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s