VIVE LES PLUS AGÉ(E)S

Ce que les ainé(e)s voient assis, nous ne pouvons même pas l’apercevoir debout sur la pointe de nos pieds.
– Proverbe ancien

On méprise tant les gens qui sont passé(e)s ici avant nous. C’est probablement ce qui cloche le plus avec notre superficielle société actuelle qui n’en a que pour la jeunesse, le paraître et le faire, le besoin d’être vu pour (penser) exister, comme le succès et la performance.

On case nos vieux dans des hospices, des CHSLD et autres acronymes technocratiques car on ne peut ni ne veut s’occuper d’eux et d’elles. Pourtant. Ce sont eux et elles qui ont fait en sorte qu’on vive ici dans la ouatte en ce moment. Ouatte de fuck ?

Après tout ce que nos ancêtres ont traversé pour s’installer ici, et tu doutes de toi ? Comment peux-tu ? Tu es issu(e) d’une lignée de survivant(e)s qui ne doit pas être remise en question.

Espérons que, lorsque les temps durs vont frapper le ventilateur, nous pourrons trouver en nous cette même force qui leur a permis de réussir à fonder ce pays, à ouvrir ce lieu, cette société dans laquelle on se complait si souvent et qu’on tient pour acquis. Partout sur la planète, ce sont nos ancêtres qui ont ouvert le chemin. À braver le froid, à vaincre les sécheresses, à gravir les montagnes.

Dans une société guerrière et de compétition, la jeunesse est valorisée. Et souvent le volet masculin prône car la force physique est admirée. Même si ça change, c’est encore le cas. Mais comment élève-t-on nos garçons ?

À voir tous ces scandales sexuels dans le sport, on peut se poser des questions.

Les plus grandes vedettes sont encore en général de jeunes hommes, surpayés et surexposés médiatiquement.

Pendant que la terre agonise et qu’on file droit dans un mur, on se pâme encore pour nos jeunes vedettes mâles, tous sports confondus. Comme dans le monde de la finance et des technos. Musk, Bezos et autres petits gars ben smatts.

Et pendant ce temps, tant de nos vieux et de nos vieilles meurent de faim dans la solitude. On ne peut dire nos ainé(e)s car on ne s’en occupe pas, on les park dans des tours, et on les oublies. Alors qu’on leur doit tout. S’ils et elles étaient des nôtres, on s’en occuperait pour de vrai et comme du monde.

Même si leur corps a flétri sous le poids des années, leur âme est encore porteuse de courage et de force, de persévérance et d’audace. Leurs yeux ont vu la vie. Ils et elles portent encore cette audace d’avoir bâti le monde dans lequel nous vivons si confortablement aujourd’hui. Tant d’eux et elles sont morts pour cela. Nous sommes en dettes face à eux et elles, on leur doit tout. On devrait ne pas l’oublier.

Les années qui passent en nous et devant nous sont parmi les plus grands enseignements qui soient. La vigueur du corps qui diminue se transforme en sagesse. Cette sagesse qui a vu tant de saisons se succéder, cette sagesse qui a tant vu neiger et pleuvoir. Cette sagesse qui a vu le monde changer si vite et si drastiquement.

Et pourtant, ils et elles sont encore ici. Ayant passer à-travers tous ces signes du temps.

Quand il y a plus de temps derrière que devant, on commence à voir le monde autrement.

Le temps qui passe et qui nous glisse entre les doigts nous enseigne à laisser fondre notre arrogance et notre frondeur.

Optimalement, la vigueur perdue se transforme en sagesse. Suffit d’aller s’y abreuver, d’écouter et d’entendre ce que ceux et celles qui ont bâti ce pays ont à dire, ce qu’ils et elles ont à nous dire. Ce sont peut-être eux et elles qui ont la solution, malgré la modernité apparente de nos problèmes.

Vive les plus, et les plus vieilles.

Et merci pour tout.

Malgré notre indifférence et notre manque de respect.

Certains d’entre nous vous voient et on vous apprécient.

Encore, et pour toujours.

7 réflexions au sujet de « VIVE LES PLUS AGÉ(E)S »

  1. Ravi

    cette chronique est wow…. merci; surtout je retiens «Après tout ce que nos ancêtres ont traversé pour s’installer ici, et tu doutes de toi ? Comment peux-tu ? Tu es issu(e)s d’une lignée de survivant(e)s qui ne doit pas être remise en question.»

    J’aime

    Répondre
      1. claude lemieux SAMANO

        Oui mon ami, humain si humain….maladroitement humain, parfois. Merci de ta compréhension. Ça me rassure ! Ton amitié est précieuse pour moi. OUI enjoy the snow !

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s