LES OH ! ET LES BAH ! DE LA VIE

Le but dans la vie consiste à gérer avec équilibre la terreur d’être en vie avec le miracle d’être en vie.
– Carlos Castaneda

Terreur et miracle. Gros duo. Gros programme. Épeurant. Excitant.

L’expression la terreur d’être en vie peut choquer, comme celui du miracle d’être en vie peut sembler exagéré lorsque les soucis du quotidien nous assaillent. Mais si on prend le temps d’y réfléchir un peu, cette citation fait gros bon sens. Elle nous indique les deux bouts de la vie, les deux extrêmes entre lesquels la vie nous amène à vivre.

En effet, malgré leur apparente contradiction, leur opposition même, ces deux termes comprennent tous les possibles de la réalité humaine d’être en vie. Ils présentent l’extrême des possibilités.

Naturellement, les êtres humains veulent le plus possible éviter de vivre dans la terreur qu’implique parfois le simple fait d’être en vie et de contempler la mort du corps au bout du chemin.

En effet, comment ne pas être profondément ébranlé(e) au plus profond de son coeur et de son être par la simple réalisation de la lucide certitude qu’au bout du chemin de notre vie, notre corps cessera de fonctionner, et que notre âme quittera ce corps qui est notre home pendant des années pour retourner d’où elle vient ? Soit dans le grand monde de l’inconnu.

Car on a beau prétendre que l’on n’a pas peur de mourir quand nous sommes jeuens et ou en bonne santé, parait que ce n’est pas aussi clair quand on nous en annonce la possibilité plus concrète lorsque certaines parties de notre corps se mettent à moins bien fonctionner ou à faire mal. On n’a peut-être pas peur de courir comme tel, car bien difficile de concevoir la mort, mais on peut sûrement concevoir la terreur qu’implique souffrir et perdre de notre autonomie.

On tente d’éviter la terreur comme on aimerait bien ne voir que le miracle dans le fait d’être en vie, et ne vivre que l’extase et l’émerveillement. Mais on sait que cela n’est pas une réalité. Des hauts et des bas la vie, des Oh ! et des bah !

Et évidemment, la vie n’est pas que seulement l’un ou l’autre. La vie qu’il nous est donner de vivre se compose d’un peu des deux, et de multiples nuances entre les deux. Du menoum et du beurk épicé, teintés de poivre et de sel. On cultive le beau et on fait avec le moins.

Chacun(e) de nous doit composer avec ce que la vie nous présente. On ne choisit pas. Ces jours-ci, certains partis politiques nous promettent d’être libres chez-nous. Grand bien leur fasse. Mais la liberté, comme le fait de se sentir chez-soi, ne relèvent pas de la simple – et souvent très superficielle – sphère politique. On peut bien nous promettre le meilleur, mais la vie est telle qu’elle est est. Et ces temps-ci, elle est plutôt crue la vie.

Entre terreur et merveille, entre agonie et extasie que se situe la vie.

À nous d’en voir la richesse de chaque situation qui nous est présentée et d’y répondre avec grâce et dignité.

___
Chaque être humain est une auberge.
Chaque matin représente une nouvelle arrivée.
Une joie, une dépression, une méchanceté, une prise de conscience momentanée survient tel un visiteur inattendu.
Accueillez-les et divertissez-les tous.
Traitez chaque invité avec honneur et dignité.
La pensée sombre, la honte, la méchanceté, rencontrez-les à la porte en riant et invitez-les à entrer.
Soyez reconnaissant(e) pour celui qui vient, car chacun a été envoyé comme guide de l’au-delà.

– Rumi

2 réflexions au sujet de « LES OH ! ET LES BAH ! DE LA VIE »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s