S’ÉCRIRE

Les gens qui prennent le temps d’écrire avec soin au sujet d’eux-mêmes deviennent plus heureux, moins anxieux, moins déprimés et plus en santé. Le fait de réfléchir au sujet d’où vous venez, qui vous êtes, et où vous allez vous aide à définir un chemin plus simple et plus riche dans la vie.
– Jordan Peterson

La première chose que je fais le matin au réveil consiste à écrire ces chroniques. Mon yoga de l’âme, de coeur, de tête et d’esprit.

Je n’écris pas à propos de moi en tant que tel, car ma petite personne est plutôt insignifiante, ordinaire disons. Non, j’aime écrire au sujet de choses diverses.

Mais évidemment que dès que l’on pense, dès que l’on réfléchit, puis que l’on écrit, que ce soit directement au sujet de soi, ou de choses ou de situations à l’extérieur de soi, on ne parle toujours que de soi en quelque sorte. On ne joue qu’avec ses croyances, ses idées, ses propres opinions – quoiqu’une opinion ne soit jamais propre propre 😉

On parle toujours de ce qui nous trotte par la tête. Même si on veut laisser parler son coeur. La tête est toujours impliquée.

J’aime écrire au sujet de choses et d’autres afin de voir ce qui se cache en moi. Car souvent, en me relisant, je découvre des couches et des liens que je ne soupçonnais même pas exister dans ma petite caboche.

Je n’écris surtout pas pour enseigner quoi que ce soit à quiconque. Au contraire, j’écris toujours pour en apprendre sur moi-même, pour découvrir les idées qui vivent en moi, pour me dé-couvrir. Je n’écris pas de choses personnelles en tant que telles, quoi que…

Car comment ne pas écrire personnel si tout ce que l’on dit parle de soi ?

Prenez ma chronique d’hier, dans laquelle je parlais de mon amitié avec Ravi. Je ne faisais que partager quelques mots au sujet de nos années d’aventures communes et dire tout haut ma gratitude envers cette amitié si importante pour moi, comme pour lui je le sens bien.

À ma grande surprise, plus de 250 personnes ont lu cette chronique et ont dit avoir été touchées par ces mots. On dirait que les gens apprécient le human interest, les histoires d’amitié en tous cas. Comme sur FB, là où je partage mes ptits mots de la plupart des jours de semaine, plein de commentaires touchants aussi de la part d’amis et connaissances. Toujours surprenant quand un simple exercice matinal résonne autant en dehors de soi.

Mais un peu pour ça que j’écris aussi j’imagine, pour connecter, faire contact. Car sinon, je ne garderais mes mots que pour moi, dans une sorte de journal intime comme on faisait jadis. Ceux barrés à clés 😉

En écrivant ainsi, je désire tout d’abord faire de l’ordre dans ma tête au lever. Me centrer et vider un peu mon cerebelum, mettre devant mes yeux certaines des idées qui sont sur le dessus de la pile. Mais j’imagine que je ressens aussi le besoin de partager avec le monde qui je suis, ce que je pense, ce qui roule dans ma cage à hamster. On dit que c’est un besoin essentiel, que certains ne semblent toutefois pas ressentir. Pas aussi régulièrement que moi en tous cas.

Je n’écris pas pour gagner ma vie, ça c’est clair. Alors pourquoi j’écris ?

Principalement parce que j’apprécie ce temps face à moi-même, cet espace face à face avec mon écran et mon clavier. Comme si je pouvais voir qui je suis – en ce moment seulement – en me relisant dans l’écran. Voir et découvrir ce qui se cache dans cette unique boîte à surprise que je suis, que nous sommes tous et toutes. Unique, comme tout le monde.

J’écris aussi probablement pour me relier à vous, pour créer du sens, du moins un certain sens. Je vous donnes mes mots et vous en faites ce que vous voulez. Ou vous ne les lisez pas, comme le fait la plupart du monde. Et c’est parfait ainsi. Et si vous les lisez, c’est vous-même que vous y découvrirez, même si ce sont mes mots. Car on ne fait toujours face qu’à soi-même.

Et je ne sais pas si, parce que j’écris, je suis plus heureux, moins anxieux, moins déprimés et plus en santé, ni si Le fait de réfléchir au sujet d’où vous venez, qui vous êtes, et où vous allez vous aide à définir un chemin plus simple et plus riche dans la vie tel que l’avance Mr Peterson ci-haut. Mais j’apprécie le temps et l’espace que l’écriture crée au lever. Déjà ça non ?

Alors ces quelques mots de rien du tout ce matin, pour dire simplement : bon matin ! même si selon certains plus stricts sur le bout de la langue française, on n’en aurait pas le droit car ça serait un anglicisme. Comme si on n’avait pas le droit de souhaiter seulement un bonne première partie de journée à notre monde.

Aussi pour ça que j’écris probablement, pour jouer avec les mots et faire des grimaces aux bien-pensants en leur faisant des pieds de nez avec la langue française.

Bon petit lundi matin pluvieux très ordinaire, extra ordinaire.

Et vous, vous écrivez-vous ?

___
Ce qui est ordinaire, c’est que les gens recherchent quelque chose de spécial. Mais ce qui est spécial, c’est quand les gens s’installent dans l’ordinaire. Lorsque nous arrêtons de chercher quelque chose de plus grand et de meilleur, lorsque nous ouvrons nos yeux et nos oreilles sur ce qui est ici, nous découvrons que l’ordinaire est en fait extraordinaire.
– Shunryu Suzuki Roshi

2 réflexions au sujet de « S’ÉCRIRE »

  1. Prashanti.

    Tes écrits entretiennent notre lien d’une certaine manière….
    Ton ménage de cérébellum invité à la réflexion et quand tu parles de toi un peu plus intimement …
    touchée je suis. 💗
    Merci 🌺

    J’aime

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s