SACRÉ MONDE VA

La façon dont tu transformes un monde sans âme en un monde sacré consiste à traiter chaque personne comme s’ils/elles étaient sacré(e)s, jusqu’à ce que le sacré en eux et elles se souvienne.
– Sarah Durham Wilson

Ah ce sacré monde. Certains ne rendent pas le défi proposé ci-haut par Mme Wilson toujours facile facile hein ? Mais probablement ceux et celles-là qui nous font nous pratiquer le plus en ce sens. Car facile de considérer sacré ce qui coule de source. Moins de sacraliser ce qui nous tape sur les rognons.

Mais dès que j’ai vu ces mots, j’ai eu envie d’écrire autour pour savoir ce qui se cache en moi autour de ce concept car ça a résonné pas mal fort à la première lecture. Souvent pour ça que je choisis certains memes en particulier. D’accord pas d’accord, c’est en écrivant autour pour savoir ce qui en sortira que je découvre les parties cachées de mon petit cerebelum d’homo sapiens. Psychanalyse gratuite auto-appliquée. Et partagée avec vos yeux d’août 😉

Je trouve que ces mots constituent la parfaite réponse qui complémente les mots de Ramana Maharishi qui répondait qu’il n’y a pas d’autres quand on lui demandait comment être en relation avec les autres.

Car au fond, probablement vrai que le monde n’est qu’une réflection de soi-même. Et que même si certains individus agissent de façon assez détestable, possiblement que nous suscitons la même réaction chez certains autruis. Alors nous et/ou les autres, pas mal la même chose au fond. Que des corps différents, et des histoires particulières. Mais que des histoires.

On voit le monde tel qu’on se voit.

Le monde n’est qu’un miroir de nos jugements et nos croyances.

Tout ce qu’on voit et perçoit à l’extérieur de soi n’est qu’une réflection de ce qui se trouve en nous.

Toutes ces phrases, même si on les apprécie bien, ne sont pas toujours pour nous des réalisations concrètes et/ou définitives. Ce sont des concepts qui font sens intellectuellement, mais qu’on n’a pas encore réalisées, rendues réelles. Pas totalement du moins. Ou par moments sacrés ici et là peut-être, mais qui finissent par partir pour la plupart lorsqu’on rencontre quelqu’un qui nous tombe sur les nerfs. La paix est si fragile.

Mais on peut garder la foi et commencer à agir en ce sens en traitant tout, tous et toutes comme s’ils et elles étaient sacré(e)s, comme si tout était sacré car tout est sacré si on veut que ça le soit. Au début, ça sera sûrement un peu fake mais comme disait mon ami et mentor Veeresh, act as if… Fais comme si…

Et lentement mais sûrement – ou du moins probablement – peut-être que le sacré grandira et se manifestera, peut-être que le sacré se révélera de plus en plus à nous à force de pratique. Car au-delà de nos croyances et belles idées roses et dorées, très plausible que ce monde soit sacré, malgré ses côtés moins lumineux.

Même s’il est sacrément questionnant parfois de constater nos comportements humains, comment on traite la terre même sur laquelle on marche et vit, comment on prend soin les un(e)s des autres nous humains, sans parler de la nature en général. Sacrée leçon de vie en cours d’apprentissage.

Alors, qu’on considère le monde sacrément fou, seulement fou, ou plutôt sacré, ou quelque chose entre les deux, à nous de jouer avec ce concept et de le tester. En fait, comme il n’y a pas d’autres que nous et nos croyances et perceptions en ce bas monde, toujours seulement nous-même que l’on teste non ?

Salut sacré(e) lecteur/trice !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s