MÉMOIRE DE BLANCS

Je cherchais une image pour coiffer mon texte. St-François assis.

Celle ci-bas aurait été plus décoiffante.

Mais je trouve celle du haut plus forte. Un seul homme, incapable de marcher, représentant une institution mâle, riche et puissante (quoi que de moins en moins pertinente et de plus en plus déphasée d’avec la réalité) ayant commis tant de crimes et de méfaits, qui représente tout un pan de la société dominante qui doit se mettre à genoux. Enfin.

Et me permettant de déborder un peu le strict contexte des églises catholiques et des premières nations, celle-ci est aussi très parlante:

Car nos papes de l’humour auraient pu enlever leur masque et s’ouvrir la trappe à ca$h face à certains de leurs collègues très entreprenants plutôt que pour seulement défendre leur si sainte liberté d’expression de pouvoir des niaiseries sur le dos de n’importe qui ou quoi, notamment les ptits gars handicapés. Encore une fois, mémoires de blancs. Et industrie de show et de business majoritairement dominée par des gars. et Je ne dis pas des hommes car pas certain qu’on en soit rendu là dans notre infantile histoire.

On pourrait aussi ajouter la surprenante (je reste poli) décision du juge face au sans génie d’ingénieur comme incident qui fait bouillir la marmite sociale actuelle. Parfois ça prend des grossièretés publiques et impudiques pour faire changer les choses. Merci votre horreur.

Ces jours-ci, toutes sortes de vielles histoires d’abus connues ou pas – senties ou très suspectées – sortent au grand jour et cela est juste et bon. Faut que le pue sorte de la plaie sociale qui a fait en sorte qu’en majorité ce sont les hommes blancs qui ont eu le loisir et le pouvoir de commettre de nombreuses aberrations de toutes sortes sur le dos (et pas que le dos) des plus faibles physiquement au fil des siècles.

Car que ce soit les joueurs de hockey, les humoristes ou les religieux, toutes ces histoires ont en commun que ce sont des hommes blancs – religieux ou demi Dieux des sports ou du showbusiness – qui ont bashé des jeunes garçons et petites filles des premières nations ou des femmes blanches, ou peu importe leur couleur.

Car nous, les blancs, on voit souvent le monde en couleur et nous souffrons de nombreux blancs de mémoire. Du moins nos livres d’histoires avaient une forte tendance et nos ptites têtes ont été bourrées de fausses histoires. Le temps de faire le ménage dans nos histoires.

Qu’on soit blancs ou autochtones, nous percevons inévitablement l’actuelle visite du pape selon des lunettes différentes. Et ce processus d’éventrement de nos blancs de mémoire ancestraux est plus que juste et bon, il est nécessaire, inévitable, essentiel pour qu’un processus de guérison passe à une autre étape. Autant pour les premières nations que pour nous, blancs becs.

Je ne sais pas si on peut mettre toutes ces histoires sur le même pied mais les paroles prononcées par le pape au cours de ce voyage sont essentielles, nécessaires, dûes depuis longtemps. Certain(e)s les trouvent parfaites, d’autres insuffisantes, d’autres encore en veulent plus. Des actions concrètes surtout.

Et si le pape continue à mettre la faute sur certains chrétiens, il devrait aussi s’assurer que l’institution de Rome prenne les siennes car les quelques c(h)rét(e)ins agissaient au nom de cette institution.

Certains affirment qu’on ne peut refaire le passé, mais, en effet si c’est le cas, on peut au moins en parler, le déconstruire, présenter ses excuses et réparer, ou tenter de le faire car certaines choses ne se réparent pas et ne se répareront jamais. Tant d’enfants qui sont morts, tant d’adultes qui portent encore les traces des sévisses ancestraux en leur corps, âme et conscience. Et ils et elles sont nombreux et nombreuses à avoir des attentes et à espérer des gestes concrets. On les comprend. À suivre. Et à espérer que cela se fera adéquatement.

Évidemment que pour certains ça ne sera jamais assez. Pour d’autres, ce qui se passe est un juste et bon premier pas. Car le temps doit aussi prendre son temps et on ne peut pousser dessus.

Nous vivons actuellement un début de fin d’omerta de longue date où tant de crimes et de méfaits étaient gardés secrets au fond de plusieurs coeurs et âmes, surtout des jeunes personnes et des femmes. Si les réseaux sociaux ont un bon côté, c’est un de ceux-ci. Les choses se savent davantage.

Sans vouloir faire le procès des hommes blancs – quand même un peu car on le mérite un peu non ? – on doit toutefois reconnaître que c’est nous qui avons commis et commettons encore les erreurs les plus douloureuses pour autrui, en majorité des enfants et des femmes, et des minorités ethniques. Nous devons porter une attention particulière à l’arme de destruction massive que nous portons dans nos pantalons car on dirait bien que c’est là que réside la source originelle du problème, la queue du yable. Mais si pas que là, elle semble partir de là et déborder sur autrui.

Et en même temps, quand on commencera à considérer toutes les autres personnes, peu importe le genre et la nationalité, comme soi-même, et les considérer et les traiter comme on voudrait être traité soi-même, les choses pourront peut-être changer.

Car ce respect envers autrui ne pourra découler que de l’amour et du respect que l’on se porte à soi-même, peu importe notre genre, notre couleur de peau ou notre ethnicité. Car au fond quand on abuse autrui, c’est que l’on ne peut s’aimer soi-même, sinon on ne ferait jamais tout ce qui a été fait au moins forts physiquement depuis des siècles et des millénaires.

Je sais, je sais, mon analyse est bien trop sommaire et superficielle, probablement trop émotive aussi et trop près de l’objet de mon commentaire. Mais un grand changement social est en branle et c’est tant mieux. Parfois, les choses ne peuvent changer qui si on a le courage de reconnaître les erreurs du passé, ce passé commun car on partage tous et toutes les même grand passé malgré nos histoires personnelles.

Et ce qui est en train de se passer devant nos yeux et dans nos écrans en ce moment même est un premier pas important, essentiel, humainement important. Même en chaise roulante.

Aho !

___

Ci-bas, trois points de vue intéressants sur l’actuelle visite du pape pour compléter ce début d’analyse.

_______

___
https://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/2022-07-26/ce-que-le-pape-vient-enfin-nous-dire.php

___
https://www.lapresse.ca/actualites/chroniques/2022-07-26/quand-le-pape-tourne-autour-du-pot.php

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s