MÂCHER SA PAROLE

Tu ne peux contrôler la façon dont les autres reçoivent ton énergie. Tout ce que tu fais ou dit sera perçu à-travers les filtres de ce que les autres vivent actuellement, ce qui ne te concerne pas. Tu ne peux que continuer à faire ce que tu fais avec le plus d’intégrité et d’amour possible.

Un NON prononcé avec la conviction la plus profonde vaut mieux qu’un OUI simplement prononcé pour plaire, ou pire, pour éviter les ennuis. – Ghandi

Ces temps-ci, je me sens animé par un désir de clarté. Peu tolérant au wishiwashiness, autant en moi que chez autrui. Comme si je ne peux plus accepter les situations floues, pas claires, ambivalentes. En fait je peux accepter l’ambivalence seulement si elle est nommée telle quelle. Car parfois, la vie n’est ni oui ni non, parfois la vie fait dans le peut-être.

Depuis le printemps, j’ai reçu pas mal de feedback divers en lien avec mes activités et cela m’a forcé – aidé – à clarifier ma position et mes intentions sur des thèmes qui me sont chers et importants pour moi. On grandit souvent le plus dans l’adversité.

Évidemment, qu’on ne peut contrôler la façon dont les autres nous perçoivent. Évidemment aussi que tout ce que l’on peut faire est de continuer d’agir avec intégrité et amour. Ce que je tente de faire le plus possible. Comme chacun(e) d’entre nous aimes-je penser (prononcez ça haut et fort ;-).

Sans être totalement fermé aux feedbacks des autres, car ils recèlent parfois de précieuses informations sur soi – hey, on a tous et toutes nos angles morts qui ne peuvent parfois qu’être éclairés de l’extérieur – il ne faut pas que nos élans soient freinés par ces informations externes qui pourraient venir à soi.

Et parfois, il faut aussi savoir mettre nos limites, établir nos frontières. Parfois, nos NONs – à autrui – sont des OUIs – à soi-même. Et prendre le risque d’être vrai(e) à soi-même.

De toute façon, bien souvent, quand on pense à ce que les autres peuvent bien penser de nous, ils et elles ne pensent pas du tout à nous, car chacun(e) est très occupé(e) avec sa propre petite personne. Et chacun chacune on se reflète les un(e)s les autres. Mais au final, toujours dans notre propre regard que les choses se passent.

Même s’il est parfois essentiel de dire sa vérité, parfois i faut faire de même face aux autres. Pas pour s’opposer, simplement pour s’affirmer, et s’affranchir de nos silences ancrés dans la peur. Et l’évitement. Et souvent, le feedback qu’on se permettra d’exprimer aidera l’autre, et appronfondira l’amitié entre nous. Quand on tient aux gens, on se doit d’avoir le courage d’oser dire sa vérité, aussi épeurant cela soit-il.

Mais avant de parler, essentiel de se la fermer, de plonger en soi et de sentir la justesse des mots que l’on prononcera.

Si on dit qu’il faut marcher sa parole, avant de la dire, il faut aussi bien la mâcher.

Vive la parole juste, et bonne, et vraie. Béné dictions.

___
Une vraie limite n’est pas une punition. Elle ne t’emprisonne pas à l’intérieur, et ça ne veut pas dire tu dois fermer ton coeur à l’autre.
Ce n’est pas un NON à leur existence, mais un OUI à toi. À ta voix, à ton coeur délicat, ta vérité, à ton chemin, aussi incertain soit-il.
Ta façon, il te faut l’honorer. Ce dont tu as besoin, ce que tu ressens. Ce que tu ne veux pas. Ce qui te semble bon et ce qui ne l’est pas. Ce n’est pas une attaque contre l’autre,
(même si ça peut sembler ainsi pour eux).

Tu ne peux pas contrôler les sentiments d’autrui. Mais tu peux honorer les vôtres.
(comme tu peux comprendre leur déception et leur douleur aussi).

Tu ne peux pas changer leurs pensées, c’est certain. Mais tu peux faire confiance et autoriser les tiennes. À partir d’une acceptation profonde, d’un alignement total avec la façon dont les choses sont, cela ancré dans l’amour, enraciné dans le souffle ondulant,
tu te retrouves courageusement à dire NON.

Un tel NON a le pouvoir de la vie en lui, puisqu’il émane d’un OUI profond à l’existence.
Il ne contient aucune violence, seulement la vérité, la dignité, le respect de soi et la clarté.
Tu as droit à ton NON et droit à ton OUI. Les vraies limites ne bloquent pas l’amour,
elles le protègent, lui permettent de s’épanouir, librement, en toute sécurité, dans le OUI plus profond d’une présence illimitée.

– Jeff Foster

2 réflexions au sujet de « MÂCHER SA PAROLE »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s