SUIVRE SON COEUR

Si tu ne vis pas une vie qui dérange autant de personnes qu’elle n’en inspire d’autres, tu ne vis pas vraiment.
Vivre une vie aventureuse et authentique va inévitablement en déranger certain(e)s et en inspirer d’autres.
Et parfois il te sera difficile de faire une différence entre les deux.
Alors ne suit pas la foule, suis ton coeur.

Oui mon capitaine.

Il y a quelque temps, dans le cadre de certaines de mes activités, j’ai essuyé des critiques de différentes personnes. Trop ceci au goût de certain(e)s, pas assez cela au goût de certains autres.

Et je dois avouer que cela m’a ébranlé. Notamment de la part de certains ami(e)s proches.

En même temps, les critiques à mon endroit de la part d’autres personnes impliquaient que je ne faisais pas les choses comme il faudrait que je le fasse selon la tradition. Du moins, plus comme elles ont été faites depuis longtemps selon certaines lignées de la dite tradition.

J’ai entendu, j’ai écouté. J’ai douté aussi.

Puis, suite à une sincère réflexion face à ces commentaires – car les critiques ne sont souvent que cela, des commentaires – je me suis positionné. Repositionné en fait. Et ça m’a permis de clarifier ma position. Clarifier de nouveau, à la lumière de ces informations en provenance de l’extérieur.

Jamais facile d’entendre que ce que l’on fait dérange certaines personnes, du moins ne fait pas l’affaire de tous. Si d’un côté, j’ai apprécié l’honnêteté des gens qui se sont adressés à moi, de l’autre, j’ai trouvé aussi été ébranlé par la teneur de certaines remarques à mon endroit. Car les gens ne perçoivent qu’à partir de leur réalité, de leurs croyances et de leurs jugements.

Certains disent se foutre complètement de ce que l’on dit d’eux ou elles. J’avoue, pas mon cas. Car certaines critiques peuvent nous aider à faire avec plus de justesse et de pertinence ce que l’on fait déjà. Certaines critiques peuvent nous aiguiller à faire les choses de façon à ce que ça passe auprès des autres, à ce que ça se passe mieux pour soi et les autres, en particulier quand on travaille avec les gens.

Mais, évidemment, il y a des limites.

Sans entrer dans les détails, disons que la situation dans laquelle j’évolue est délicate. Toutes les actions posées dans le cadre de nos activités peuvent avoir des répercussions légales importantes. Nous nous devons d’être impeccables, irréprochables. Pas facile mais challengeant dans le sens exigeant et éclairant du terme.

Suite aux critiques, je me suis questionné. Suite aux remarques, certaines plus désobligeantes que d’autres, je me suis sincèrement et honnêtement regardé. Car il arrive que l’on fasse parfois les choses d’une façon déplacée, d’une façon qui dérange. On a alors le choix de continuer son chemin sans écouter, sans se soucier des qu’en dira-t-on. Mais on peut aussi écouter, et non seulement rejeter avant que ça n’entre en oreilles et voir si les critiques sont justifiées, car c’est parfois le cas et cela nous permet de nous ajuster. Nous ne sommes pas parfaits ni ne détenons LA vérité. 100 % humains. Et dans humain, il y a humble, de l’humilité.

Comme certaines critiques concernaient des gens avec qui je suis en association, j’ai vérifié si ce que je faisais, et comment je le fais, était en accord avec ces gens qui sont chers à mon coeur et qui me font confiance. Et j’ai reçu un grand oui bien senti, avec une confiance en moi qui m’incite à continuer plus certain, plus confiant.

Comme disait jadis notre ami Veeresh, when in doubt check it out. J’ai donc vérifié et je peux ainsi continuer à faire ce que je fais, plus certain maintenant de l’appui de mes alliés. Même si mes actions en dérangeront encore sûrement certains, ceux et celles qui comptent savent ce que je fais et m’appuient. Ce qui compte justement.

Toujours sensible de recevoir des critiques. Tellement que parfois on ferme nos oreilles à double tour. Mais si on peut seulement recevoir les commentaires sans qu’ils ne nous détruisent, en se laissant toucher, se permettant d’être perméable et vulnérable, ça nous permet de nous réajuster, de voir ce que l’on veut faire et comment on veut le faire. Et de devenir plus fort et solide. Plus clair.

Suivre son coeur disait le capitaine. Oui mon capitaine.

En fait le capitaine c’est peut-être justement le coeur. Le guide, Le GPS suprême 😉

Oui mon capitaine.

___
Chaque fois que vous vous rendez compte que vous vous sentez dérangé(e) par les critiques ou le jugement des autres, recherchez la partie de votre esprit qui est d’accord avec eux !
C’est ainsi que la douleur s’intensifie !
L’esprit d’accord – c’est-à-dire l’esprit critique – vous voit comme un travail en cours qui a besoin d’un rappel constant que vous ne faites pas bien les choses, que vous n’êtes pas assez bon(ne), que vous n’êtes pas assez digne.
Il s’inquiète que vous soyez inacceptable pour les autres et essaie de vous orienter vers un comportement acceptable.
Ce faisant, cela crée de l’anxiété, de la douleur, de l’inquiétude et de la peur – ce qui vous empêche presque de profiter de votre vie !
Devenir plus conscient du fonctionnement de l’esprit est une étape essentielle pour s’aimer soi-même.
Sans cette prise de conscience, le critique est libre de continuer à vous juger durement. Avec lui, vous commencez à vous éloigner de l’esprit et de ses fausses perceptions négatives de vous.

– Subhan Schenker

6 réflexions au sujet de « SUIVRE SON COEUR »

  1. Francine

    Bonjour Ati! Moi je lis toujours tes chroniques depuis presque deux année et je ne laisse jamais de commentaire, sauf un ti ❤️ Ou solidaire, Moi je prend toujours juste ce qui me fait du bien ton questionnement fait cheminée le miens! Juste dire continue à écouter ton cœur ton capitaine est admirable ! 🙏🙏☮️🎉

    J’aime

    Répondre
  2. Ravi

    ce n’est pas facile de couper la vague, et d’accepter que cela éclabousse des personnes, qui réagissent négativement à ce que je crois vrai…. à la longue cela épuise mon énergie vitale…. puis il y a quelqu’un qui partage son vécu qui confirme mon chemin…. que cela me fait du bien intérieurement…. je me sens me solidifier; avec l’âge, je lâche prise de + en +, je me prépare lentement à me rencontrer… c’est un privilège pour moi de marcher, de t’accompagner sur le sentier que tu déblais

    J’aime

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s