CHEMINS DE TRAVERS

Les obstacles n’entravent pas le chemin, ils sont le chemin.

Pandémie, climat en suspens, déchirement social, tueries en série aux States (dont sur de jeunes enfants, le pire du pire), incapacité de se loger pour plusieurs, inflation, inégalités, etc. Mettez-en.

On dirait que ces temps-ci sont pires que jamais auparavant. Mais remarquez que ça a peut-être toujours été le cas de toutes les époques. Car le Moyen-Âge – entre autre – n’a sûrement pas dû être particulièrement facile à vivre pour plusieurs. Mais peut-être que de tout temps, on a pensé que nous vivions la pire des époques et que la fin du monde était imminente.

Mais comme le dit le proverbe Zen ci-haut, possiblement que les obstacles actuels soient LE chemin vers une prise de conscience nécessaire. Faut parfois passer proche pour apprendre. Faut parfois – presque – perdre quelque chose pour l’apprécier à sa juste valeur.

On a accès à beaucoup d’information ces temps-ci, trop peut-être. Le poisson se noie. On devient socialement anxieux. On sait et connait et devine tous les dangers climatiques qui nous guettent (la plupart car je pense que les experts ne disent pas tout). Peut-être ça qui empire la situation de savoir tout ça. Ça rend la situation encore plus critique. Ça donne de la nourriture apocalyptique au mental qui aime bien s’emballer.

Alors quoi faire d’autre que de marcher le chemin avec grâce – et le plus de conscience possible – qui nous est donné de marcher en ce moment ? Le chemin que nous avons – peut-être ? – choisi de marcher il y a longtemps spécifiquement à cette étape-ci de l’humanité. Sans vouloir que les choses ne soient autrement. En acceptant totalement tous les cailloux sur ce chemin de travers. Car ces cailloux are it. En fait, dansons ce chemin.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1888772/environnement-urgence-crise-engagement-reduction-ges-cop

_______________
Alchimie de l’ASPIRATION

Il y a deux façons d’aborder cette période si nous sommes conscients des agendas plus profonds.

Le premier est d’être désespéré(e), et de s’attacher sous la pression de sa profonde obscurité.

Le deuxième est de tenir à la lumière, quel que soit le résultat.

Il y a de plus grandes forces en jeu dans ce monde – après tout – nous utilisons une fraction de la capacité de notre esprit – et nos sens sont sauvagement limités.

Est-ce naïf d’avoir de l’espoir ?

Peut-être.

Mais quels que soient les résultats – ceux et celles qui cultivent la luminosité, un cadre élargi de conscience et une ouverture de conscience du cœur vers le sacré – traverseront cette période incroyable, et leurs esprits prospéreront.

Leurs enfants seront plus résilients, et les graines qu’ils plantent seront plus puissantes.

Ceux qui restent désespérés sont toujours piégés dans la matrice elle-même, car il n’y a pas d’échappatoire à un esprit qui ne peut concevoir rien de plus haut.

Un tel esprit est asservi par les forces mêmes dont ils prétendent être libérés.

C’est pourquoi la libération est une affaire personnelle, et elle commence dans notre expérience d’âme intime, où nous avons le courage d’aspirer à quelque chose de plus grand que cela. Cette aspiration devient le fondement d’une nouvelle réalité

– Hieronymus Tide via François Thiboutôt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s