ÉCOUTER POUR VOIR – PART TWO, PARTOUT

Première fois que je reprends le même meme deux jours en ligne, mais celui-ci ne semble pas vouloir me lâcher si facilement et on le dirait même destiné personnellement à mes yeux ces jours-ci, comme une leçon de vie inévitable. Il me colle après.

Je l’ai utilisé sous cette forme hier :

mais je le reprends légèrement modifié en collant les deux phrases aujourd’hui car si parfois une image vaut mille mots, dans ce cas-ci, plus d’image me laisse sans mot, son absence me les révèle mieux.

Comme si c’est la vie qui me disait, me chuchotait à l’oreille et me criait à la tête tout en me bottant le derrière : Ferme-là et écoute-moi !

parfois on écoute le silence, parfois on écoute les autres.

L’écoute crée un silence sacré.
Lorsque vous écoutez généreusement les gens, ils peuvent entendre la vérité en eux-mêmes, souvent pour la toute première fois.
Et dans le silence de l’écoute, vous pouvez vous connaître en chacun.
Finalement, vous pourrez peut-être entendre en tout le monde et au-delà de tout le monde, l’invisible chanter doucement pour lui-même et pour vous.
– Rachel Naomi

Alors j’écris encore autour de ce thème ce matin car il y encore du jus à extraire de ces mots du silence.

Je m’écouterai donc écrire, pour sentir ce qui monte quand je fais tape tape au sujet de me taire.

Car

La connaissance parle, mais la sagesse écoute. – Jimi Hendrix

Et nous pourrions tous et toutes, moi le premier, jouir d’un peu plus de sagesse auditive. Écoutons pour voir.

Comme les gens qui veulent apprendre à écrire doivent lire beaucoup, nous, ceux et celle qui voulons apprendre la juste parole, devons apprendre à écouter beaucoup beaucoup car comme l’affirme notre cher Rumi : puisque pour apprendre à parler, il faut d’abord écouter, apprenons à parler en écoutant.

Écouter sans imposer nos jugements aux mots des autres qui nous rentrent au poste d’écoute.

Écouter sans penser, sans penser répondre tout de suite. Écouter et déguster.

Écouter le silence qui se glisse entre les mots, entre le bruit ambiant. Écouter les vibrations des mots et du silence.

Laisser du lousse entre les mots entendus et nos réponses. Pour que nos réponses soient de vraies réponses et non plus des réactions automatiques.

Prendre le temps de laisser les mots des autres tomber en nous, se déposer, résonner pour laisser la réponse juste émerger, si réponse il y a à y avoir. Car parfois la simple écoute est une réponse plus précieuse que tout mot.

L’une de mes activités préférées de la dernière année consiste à méditer – en silence – parfois entrecoupé par de la belle musique et/ou quelques mots sages, parfois pas – avec ma Tribu. Ma gang de silencieux. Messieurs et mesdames Muffler !

Nos ptites faces respectives dans nos écrans Zoomés – ou simplement le nom pour certain(e)s – nos micros fermés, à l’écoute d’un silence commun, en attente sans attentes, en toute présence. Réelle et virtuelle. En présence les un(e)s des autres, les un(e)s aux autres. Moments simples et puissants, simples et nourrissants, simplement rassurants. Merci mes ami(e)s du silence.

Ainsi, pour mon anniversaire cette année, plutôt que de produire une chanson comme l’an passé ou de pondre un texte de remerciement écrit d’avance, j’aimerais donner du silence en cadeau.

Et lancer une invitation aux multiples ami(e)s FB qui m’enverront en grand nombre (le meilleur de FB) leur bons souhaits d’anniversaire de se taire en notre compagnie dimanche matin (ici du moins). Juste ça. Tout ça.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s