DES ESPOIRS

L’espoir est une drôle de bibitte.

Sans lui, pas si évident de vivre l’élan de cette vie, et, en même temps, espérer c’est inévitablement vivre un pied dans l’avenir.

Le désespoir nous force à changer les choses dès maintenant. Parlons-en aux gens qui vivent des crises, qu’elles soient guerrières, migratoires, humanitaires ou sanitaires.

On dit de l’espoir qu’il est le fait d’espérer, d’attendre quelque chose ou quelqu’un, avec confiance.

Alors que, selon le même Larousse, le désespoir se définit plutôt comme une perte de toute espérance, abattement total de quelqu’un qui a cessé d’espérer ; affliction profonde, détresse, désespérance.

On voit clairement la différence entre les deux. Qui se trouvent en quelque sorte à l’opposé l’un de l’autre. Espoir et perte d’espoir.

Mais est-il possible d’être optimiste envers l’avenir et de garder espoir, tout en vivant totalement le présent pour ce qu’il est ? Poser la question c’est y répondre. Car c’est la situation dans laquelle on se trouve. Essentiel de garder espoir en un monde à venir qui sera meilleur pour de plus en plus de gens, tout en ne se fermant pas les yeux sur tant d’injustices qui sévissent en ce moment. Et faire du mieux avec la petite parcelle de réel pour améliorer l’autour.

Car comme le disait Christiane Singer ici hier : Chaque jour, les hommes et les femmes qui prennent soin de la parcelle du réel qui leur est confiée sont en train de sauver le monde, sans le savoir.

Mais pour le moment, l’état de notre terre, notre mère, est terriblement inquiétant, et ne s’améliore pas. La guerre sévit un peu partout sur notre boule (que certains semblent avoir perdue) même si moins que jamais auparavant parait-il, que des millions de personnes (sur)vivent sans que leurs besoins fondamentaux ne soient comblés, certains sans domicile ni terre d’accueil et passant leur vie dans des camps de réfugié(e), alors que d’autres sont riches à ne plus savoir quoi faire de leurs ti-bidous et tandis que la plupart d’entre nous peinons à joindre les deux bouts. Et c’est sans parler de l’actuelle crise du logement qui font que des gens ne peuvent même pas penser acquérir maison ou logement selon leurs moyens.

Décidément tout n’est pas rose sur notre terre. Et nous, qui sommes parmi les plus choyé(e)s en ce monde, trouvons même le moyen de nous plaindre au coeur de notre privilège, nourri(e)s, logé(e)s, chauffé(e)s. Drôle de monde que nous sommes.

Si le terme confiance qui nourrit l’espoir renvoie à la foi, autre concept un peu flou avouons-le, on doit inévitablement nourrir cette confiance car sinon très difficile de simplement vivre et continuer la route sur laquelle nous cheminons. Difficile de faire du sens de cette vie questionnante.

Donc oui, il est possible, et incontournable même, d’être en même temps rempli d’espoir en l’avenir sans se fermer les yeux sur le sort dramatique actuel de tant d’humain(e)s et de notre terre. Possible d’apprécier tout le bon du monde et de travailler pour le mieux. Possible d’apprendre à élargir notre regard pour un inclure le meilleur comme le pire. Pour voir le monde simplement tel qu’il est, complexe, multiformes et ambivalent.

Car tout cela se vit en même temps, tout ceci fait partie de notre monde, tout existe en ce même monde teinté de dualité, d’injustice et de surprenantes situations qui nous révoltent et nous surprennent. Même grand monde dans lequel existent de nombreuses et différentes réalités.

Quand on réfléchit un tant soit peu à la situation de notre monde, dans lequel existe tant de mondes différents, on en vient à être confus, perplexe, inquiet(ète) même.

Car étrange monde que celui dans lequel on vit vous et moi. Mais j’imagine qu’il faut qu’on regarde sous les apparences, qu’il nous faille voir l’envers du décor. Car oui espoir et désespoir vivent côte à côte, et l’un dans l’autre. Comme si le monde était multi étagé, kaléidoscopiques.

Mais entre espoir et désespoir, on peut toujours imaginer, et rêver, car nous ne sommes pas les seul(e)s, nous ne sommes pas seul(e)s. Nous sommes le monde. Et l’espoir d’une vie juste et bonne, meilleure et de mieux en mieux, on peut toujours l’inventer, on doit l’inventer car on en a la chance. Et on peut le faire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s