ÉCLAIRER SON PETIT MONDE

SI tu veux éveiller l’humanité entière, éveille-toi toi-même. Si tu veux éliminer la souffrance du monde entier, alors élimine tout ce qui est sombre et négatif en toi-même. En réalité, le plus grand cadeau que tu peux faire au monde est celui de ta propre transformation. – Lao Tzu

Ou, dit autrement:

Je vais dans le monde avec une lampe, à la recherche de moi-même. – Emily Dickinson

Deux façons de dire sensiblement la même chose.

Qu’en s’éclairant soi-même, en regardant en soi, en identifiant les biais dans notre propre regard, on éclaire du même coup le monde entier.

On ne peut pas faire grand chose contre les guerres, qu’elles prennent place en Ukraine, en Syrie, en Afrique et en tant d’endroits ailleurs sur la planète.

La seule guerre que l’on peut gagner est celle qui fait rage en soi. Car nous sommes toutes et tous, chacun et chacune de nous, à différentes niveaux, en petite guerre avec soi-même.

Une évidence, mais dès que nous vivons dans un monde de dualité, existe alors le bien et le mal, le noir et le blanc, moi et toi, eux et nous. L’idée consiste à instiller de la nuance, à défaire les points de vue et perspectives extrêmes, arrêtées, tranchées. Arrêter de penser que l’on sait quoi que ce soit. Pour développer en soi une nouvelle délicatesse de perception, une façon de se mieux voir soi-même qui viendra teinter notre vision du monde.

Car on dit que ce que nous voyons en dehors de soi n’est qu’un reflet de ce qui vit en soi.

Alors ce matin, les mots d’Osho plutôt que les miens, car il raconte de si belles histoires.

________

LE SEUL MOYEN

Q : Bien-aimé Osho, à plusieurs reprises au cours de ma méditation, je vous ai demandé de ne pas me montrer directement la terrible tragédie qui se passe sur terre aujourd’hui, car je sais que je ne pourrais jamais tolérer une telle souffrance. Pourtant, je ressens cela tout le temps, même avec mes protections mentales.

Je sais que vous êtes la lumière de toute cette planète, et le savoir implique une telle responsabilité. Je serais très reconnaissante de vous entendre me parler d’aide, du fait de savoir que je ne peux pas aider et de l’angoisse de me sentir impuissante – pour que je puisse me détendre lorsque je ressens un tel état d’urgence.

OSHO :
Prem Kaveesha, je peux comprendre ton angoisse face au sort de l’humanité, de cette planète terre ; parce que chaque jour nous nous rapprochons de plus en plus d’une catastrophe.

C’est parce que la catastrophe approche de très près ; même avec tes protections mentales, tu ne peux pas l’oublier – et ça fait mal. Et ça fait plus mal parce que tu sens que tu ne peux pas aider ; tu ne peux rien faire. C’est tout simplement au-delà de la capacité de tout individu d’empêcher cette calamité, ce désastre, ce suicide mondial qui semble presque certain. Voici ma compréhension de ce phénomène.

Tu te sens impuissante parce que tu penses en termes d’aider les autres à comprendre, et c’est un travail impossible. Le monde est si grand et les gens sont si pleins de violence qu’il semble que la calamité ne vient pas de l’extérieur, mais c’est la violence accumulée dans les gens eux-mêmes qui va faire exploser cette terre.

Mais ne penses pas en termes d’aide. Alors tu ne te sentiras pas impuissante et tu ne te sentiras pas tendue. Je ne me sens pas impuissant, je ne me sens pas tendu, je ne ressens aucune angoisse – et j’en suis plus conscient que vous ne pouvez l’être – parce que mon approche n’est pas d’aider qui que ce soit, mais simplement que vous éleviez votre propre conscience, ce dont vous êtes parfaitement capable.

Si nous pouvons créer seulement deux cents personnes éclairées dans le monde, le monde peut être sauvé.

Kaveesha est née dans une famille juive, elle comprendra donc cette belle histoire.

Dans l’Ancien Testament, il est mentionné qu’il y avait deux villes, Sodome et Gomorrhe, et que toutes deux sont devenues sexuellement perverties.

À Gomorrhe, l’homosexualité était répandue, et à Sodome les gens étaient tombés encore plus bas dans leur perversion : ils faisaient l’amour avec des animaux. D’où le mot anglais sodomie – il vient de la ville de Sodome. Et Dieu a décidé de détruire complètement ces deux villes.

Il a complètement détruit ces deux villes – et il est très étrange que ces deux villes aient la même population qu’Hiroshima et Nagasaki. Hiroshima et Nagasaki ont été détruites par l’homme, mais l’histoire de l’Ancien Testament est que Dieu a détruit ces deux villes sexuellement perverties. Ce que je vais vous raconter est une histoire hassidique basée sur la version de l’Ancien Testament quant à la destruction par Dieu de deux villes sexuellement perverties.

Le Judaïsme s’est épanoui dans sa totalité dans le Hassidisme. Le Hassidisme est un phénomène rebelle, et essentiellement religieux. Toutes les religions ont donné au monde quelque chose de beau – même si ces religions étaient contre cette beauté – sauf le Christianisme. L’Islam a donné le soufisme, bien que les Musulmans aient tué des Soufis. Le Bouddhisme a donné le Zen, bien que les Bouddhistes n’acceptent pas le Zen comme un enseignement authentique du Bouddha. L’Hindouisme a donné le Tantra, mais les Hindous sont tout à fait contre le Tantra – et c’est leur vérité même. C’est une chose très étrange. Et la situation est la même avec le judaïsme.

Le Hassidisme est un petit phénomène rebelle dans le monde du Judaïsme. L’homme qui a fondé le Hassidisme est Baal Shemtov. Il raconte également l’histoire et vous pouvez voir la beauté et la différence.

Quelqu’un lui a demandé : « Que penses-tu de Sodome et Gomorrhe ? Et Baal Shem répondit:
«Cette histoire n’est pas écrite dans son achèvement. Je vais vous raconter toute l’histoire.
Et il dit :  » Quand Dieu déclara qu’il allait détruire ces deux villes, un Hassid, un mystique, s’approcha de Dieu et lui demanda :  » Si dans ces villes il y a cent personnes qui t’ont expérimenté, que feras-tu de toi ? ces cent personnes ? Vas-tu aussi les détruire, avec toutes les villes ?
Pendant un moment, Dieu garda le silence, puis il dit : « Non ». S’il y avait cent âmes éveillées dans ces deux villes, à cause de ces cent personnes ces deux villes seraient sauvées; Je ne les détruirais pas.
Le mystique dit :
« S’il n’y en avait que cinquante, pas cent ? Détruirais-tu ces villes et ces cinquante personnes éveillées ?
Maintenant, Dieu vit qu’il avait été piégé par le mystique.
Il a dit, ‘Non, je ne peux pas détruire cinquante personnes éveillées.’
Et le hassid dit : «Je veux que vous sachiez qu’il n’y a qu’un seul homme qui s’est réveillé; six mois il vit à Sodome et six mois il vit à Gomorrhe. Qu’en dites-vous ? – Allez-vous détruire les villes ?
Dieu répondit :
Tu es un homme très rusé. Qui est cet homme ?
Il a dit : bien sûr, je suis cet homme.

Et Dieu ne pouvait plus argumenter car ce n’est pas une question de quantité, c’est une question de qualité : un éveillé ou cent éveillés. La personne éveillée ne peut pas être détruite par l’existence, parce que la personne éveillée est le plus grand rêve de l’existence elle-même, le désir le plus profond de l’existence elle-même – atteindre les étoiles.

Et Baal Shem a dit que Sodome et Gomorrhe n’ont jamais été détruites.

Les Juifs sont en colère contre le Baal Shem, prétendant qu’il n’a fait qu’inventer cette histoire ; toute l’histoire est écrite dans l’Ancien testament. Les Juifs n’acceptent pas les Hassidiques comme des Juifs authentiques. De la même manière, partout le vrai religieux sera condamné par le soi-disant religieux.

Que Baal Shem ait inventé l’histoire ou qu’il ait raconté la véritable histoire n’est pas important.

En premier lieu, un Dieu qui croit à la destruction n’est pas un Dieu. Un Dieu qui ne peut pas transformer les gens de leurs perversions n’est pas un Dieu. Baal Shem ne sauve pas seulement ces deux villes, il sauve aussi la piété de Dieu : sa compassion, son amour, sa compréhension.

Kaveesha, oublie tout du monde. Deviens la seule Hassid, la seule mystique. Et nous pouvons créer dans le monde seulement deux cents personnes éclairées. Ce nombre est aussi exactement comme le Hassid du Baal Shem. Quand il a commencé à parler avec Dieu, à négocier, il ne s’agissait que de deux villes.

Le monde est devenu grand et il s’agit du monde entier – alors commençons avec deux cents personnes. Mais je veux vous dire que même deux personnes éclairées suffiront, et le monde sera sauvé ; car l’existence ne peut pas détruire sa propre floraison ultime.

Alors oublies le monde, sinon cela créera une anxiété inutile et détruira ton propre éveil, qui est la seule possibilité de sauver le monde. Quiconque veut aider le monde devrait oublier le monde et se concentrer sur lui-même.

Élève ta propre conscience à une telle hauteur que l’existence doit penser une seconde fois s’il faut détruire ce monde ou le sauver. Les masses telles qu’elles sont n’ont pas d’importance ; l’existence ne se souciera pas d’eux. En fait, l’existence voudrait que toute cette humanité – cette humanité pourrie – soit détruite, pour que l’évolution puisse recommencer à zéro. Quelque chose a mal tourné.

Mais s’il y a quelques personnes éclairées, elles sont bien plus importantes que des milliards et des milliards de personnes sur la terre. L’existence ne peut pas détruire le monde – pas seulement à cause de ces quelques personnes éclairées ; mais à cause de leur illumination, les masses inconscientes deviennent aussi précieuses, parce que c’est de ces masses inconscientes que ces pics himalayens ont surgi. Ils étaient aussi inconscients hier, aujourd’hui ils sont conscients. Et l’existence est très patiente : si elle voit que des gens inconscients peuvent devenir pleinement conscients, alors cette grande masse de gens, qui est absolument inconsciente, a aussi une possibilité.

Je dépends des individus, pas de la collectivité. La collectivité est tellement pourrie que ce serait un acte de compassion de la détruire. Mais nous devons prouver que de cette humanité inconsciente, presque morte, quelques lotus peuvent s’épanouir. Puis, juste avec le temps, peut-être que d’autres lotus viendront. Certains peuvent être juste des bourgeons, certains peuvent être juste dans la graine ; mais même s’il y a un homme qui est éclairé, avec lui toute l’humanité devient précieuse, parce que cet homme montre l’espoir que tout homme est capable du même miracle.

Alors, Kaveesha, oublie tout par rapport à aider le monde. Tu ne peux pas aider; personne ne peut aider. Mais tu peux devenir une mystique, une Hassid, et tu peux argumenter avec Dieu et lui dire « je suis ici ; vas-tu me détruire ? Et ces gens qui sont somnambules, marchant dans leur sommeil, j’étais aussi l’un d’eux. C’était moi hier. Ces gens devraient avoir leur avenir. Il y a toutes les chances que chaque être humain puisse devenir un Bouddha Gautam.

C’est le seul moyen de sauver cette belle planète Terre. »

– O S H O, ‘L’esprit rebelle, Ch 14, Q 3’

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s