RUMI MÉNINGES

Sois témoin et non juge.
Mets l’emphase sur toi par sur les autres
et écoute ton coeur, pas la foule.

– Rumi

Ah ce cher Rumi, toujours les mots pour dire ce qui doit être dit, ce qui mérite d’être dit.

Sois témoin et non juge.

La base pour devenir plus conscient(e) de soi et de notre attitude face au monde qui nous entoure est inscrite dans ces quelques mots à mon avis. Prendre note sans porter de jugement définitif car les choses bougent et évoluent. Et ce que l’on pense vrai un jour s’avère différent le lendemain. Et de même le surlendemain.

Ainsi, observer sans capter, regarder ouvertement sans figer dans le temps, garder le focus le plus large possible. Sans fixer, captant tout avec l’oeil de l’âme, peut-être lui le troisième finalement.

Garder le regard ouvert et prendre acte, demeurer ouvert(e) car tout change, tout bouge, tout évolue. Surtout notre vision et notre compréhension des choses et des gens. Et de soi.

Et notre vision peut s’élargir et voir plus grand seulement si on ne serre pas nos mains sur ce qui semble être une réalité à un moment donné. Car la réalité d’un moment peut devenir la futilité de l’autre.

Comme on dit, le contraire de l’apprentissage et de la sagesse n’est pas le doute mais la certitude.

Ainsi, garder un esprit ouvert, une tasse toujours vide et prête à se renouveller, pour saisir la fraîcheur de la vie qui va.

Mets l’emphase sur toi, pas sur les autres.

Pas dans le sens égoïstique du terme, pas dans l’optique de se prendre pour le nombril du monde et ne pas considérer autrui. Mais plutôt dans le sens de considérer sa propre part dans ce qui nous arrive. Car comme le veut le dicton, si nous n’avons pas contrôle sur ce qui nous arrive, nous sommes responsables de la manière dont nous réagissons aux événements.

Se regarder soi regardant le monde, en soi comme autour. Voir les limites de notre propre regard sur soi comme sur le monde, voir nos propres biais et croyances déformantes quand on regarde le monde. Voir ce que l’on ne voit pas encore.

Écoute ton coeur, pas la foule.

Écouter notre coeur et pas la foule, donc se fier à soi tout d’abord. Et laisser courir les rumeurs, les bavardages, les qu’en dira-t-on. Car tant est pensé et dit.

Écouter notre coeur et pas toujours notre tête car le premier sent et la seconde calcule. Et le senti est plus souvent juste que le calcul des algorythmes, les nôtres comme ceux de nos ordinateurs.

Même si ces mots recèlent une grande part de sagesse, quand même pas fou d’écouter nos proches car ils nous connaissent parfois mieux que nous-même. Autre perspective.

Même si on dit que ce n’est pas par les mots que l’on cueillera la Vérité avec un grand V, cette dite et pas encore dite vérité passe par les mots pour le moment. Car nous sommes des êtres de mots, des gens du dit et du pensé. Notre compréhension du monde passe par les mots, les concepts, les enchaînements de lettres.

Et par le mental, ce que certains nomment drôlement l’esprit. Il semble qu’il existe autre chose que cette voie du mental mais pour le moment, dans et avec ce mental que la plupart d’entre nous vivons, évoluons, pensons la vie. Par le mental que nous concevons – encore – le monde. Mais par le coeur que nous le sentons.

Tant à dire, tant de mots, tant d’idées. Autant que de silence qui doit les aérer, les ventiler, les alléger.

Que le silence ventile nos mots. Et que Rumi les éclaire.

___
P.S. Plusieurs groupes d’amoureux des mots de Rumi sur FB, tapez «Rumi quotes». Même si certaines des citations qu’on lui attribue ne sont pas toutes de lui, les mots sont justes.

___
Pas du Rumi mais nourriture à méninges quand même.

Ne priorise pas ton look mon ami(e), car il ne durera pas le voyage.
Ton sens de l’humour ne fera que s’améliorer avec l’âge.
Ton intuition grandira et s’étendra comme un majestueux manteau de sagesse.
Ta capacité à choisir tes batailles sera affinée à la perfection.
Ta capacité à rester immobile, à vivre l’instant présent, s’épanouira.
Ton désir de vivre chaque instant transcendera tous les autres désirs.
Ton instinct pour savoir ce qui (et qui) vaut ton temps, grandira et s’épanouira comme le lierre sur un mur de château.
Ne priorise pas tes apparences mon ami(e), elles changeront pour toujours, et cette quête est pleine de tristesse et de déception.
Donne la priorité à l’unicité qui fait de toi et à l’aimant invisible qui attire d’autres âmes partageant les mêmes idées pour danser sur ton orbite.
Ce sont des choses qui ne feront que s’améliorer.
– Von Canon

Une réflexion au sujet de « RUMI MÉNINGES »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s