AMOUR ET PAIX

Quand on regarde le monde, du moins les nouvelles reflétant la plupart du temps les situations les plus problématiques de ce monde, on peut être porté à en arriver au constat que le monde semble manquer d’amour. Panne d’amour sur terre. Particulièrement en temps de guerre.

Mais malgré les guerres, et les échanges de gros mots sur les zéros sociaux et en commentaires des médias divers, le monde est surtout peuplé de gens aimant, de gens de coeur, de personnes qui aiment. Que ce soit leurs enfants, leurs ami(e)s, leurs parents, et la plupart des gens sont des êtres aimants. Ils et elles attirent à eux et elles des gens qui aiment, et ils/elles leur rendent bien.

Plus la guerre sévit, plus on a besoin d’amour. Plus l’ombre semble régner sur terre, plus la lumière est requise. Et l’amour est la lumière de ce monde, la lumière dans ce monde.

Et cet amour ne peut que débuter en soi, en chacun(e) de nous. L’amour part toujours de soi vers le monde.

Besoin d’amour ? Donnons-le. Exprimons tout l’amour qu’on a besoin de recevoir. Car l’amour est avant tout et tout d’abord expression, l’amour cherche à aimer. L’amour cherche l’amour.

Quand on commence à se pratiquer à aimer, on découvre que plus on aime plus on devient amour, et du coup plus on s’aime soi-même. Ça commence ici et ça revient ici. L’amour est spirale, l’amour crée des vagues.

Et l’amour se reconnait par un sentiment de confiance, de relaxation, de dépôt en soi. L’amour ne court pas par en avant, l’amour irradie, l’amour émane.

S’aimer soi-même peut constituer l’un des plus grands défis de la vie. Car on a tendance à être dur(e) avec soi, comme si on s’appartenait et qu’on exigeait toujours plus et toujours mieux, toujours davantage. Comme si on n’était pas assez tel que nous sommes.

Avec les années qui passent, s’aimer soi-même est l’une des choses que l’on découvre. Même si ça semble évident, tout un contrat car nous connaissons les parties de soi que l’on ne montre pas toujours, pas à tout le monde du moins. Souvent qu’aux êtres les plus près de soi. Souvent autour de soi donc que l’amour pose les plus grands défis. Aimer le monde entier est facile, aimer son petit monde une personne à la fois beaucoup moins.

Alors apprenons tout d’abord à s’accepter soi-même, dans notre entièreté. Surtout les bouts mins aimables. Pour que la paix puisse régner sur terre, on doit apprendre et enseigner tout d’abord l’amour de soi.

Car comme l’exprime si bien David Goudreau: la paix commence par se la crisser soi-même. Se crisser la paix pour ensuite s’aimer, s’aimer mieux, s’aimer plus, et ainsi pouvoir laisser irradier cet amour autour de soi. Simple et compliqué.

_____
Le monde a besoin aujourd’hui de plus de méditateurs, de guerriers pacifiques, de rebelles spirituels et de moins de révolutionnaires et de politiciens ambitieux. La vision sannyas, c’est justement créer des méditateurs, des hommes et des femmes en paix avec eux mêmes . Chaque sannyas doit devenir un rebelle, mais cette rébellion est individuelle. Vous ne vous battez pas contre des structures extérieures, votre combat est intérieur. Vous vous battez avec la structure de votre propre inconscient. Vous détruisez l’inconscience, vos parts d’ombre et vous créez plus de clarté en vous-même. Et, une fois que vous avez cette lumière en vous, vous vivez avec elle. C’est cela la pleine conscience , la voie de la vigilance. Et, c’est seulement si plus de personnes font ce processus que le monde pourra changer, qu’une ÊTRE humaine nouvelle pourra naître sur cette terre.

– Osho

____
Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime. J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant.

Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire.

Il apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n’ont jamais fait que produire d’autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil.

On lui apprendrait assez du passé pour qu’il se sente relié aux hommes qui l’ont précédé, pour qu’il les admire là où ils méritent de l’être, sans s’en faire des idoles, non plus que du présent ou d’un hypothétique avenir.

On essaierait de le familiariser à la fois avec les livres et les choses ; il saurait le nom des plantes, il connaîtrait les animaux sans se livrer aux hideuses vivisections imposées aux enfants et aux très jeunes adolescents sous prétexte de biologie. ; il apprendrait à donner les premiers soins aux blessés ; son éducation sexuelle comprendrait la présence à un accouchement, son éducation mentale la vue des grands malades et des morts.

On lui donnerait aussi les simples notions de morale sans laquelle la vie en société est impossible, instruction que les écoles élémentaires et moyennes n’osent plus donner dans ce pays.

En matière de religion, on ne lui imposerait aucune pratique ou aucun dogme, mais on lui dirait quelque chose de toutes les grandes religions du monde, et surtout de celle du pays où il se trouve, pour éveiller en lui le respect et détruire d’avance certains odieux préjugés.

On lui apprendrait à aimer le travail quand le travail est utile, et à ne pas se laisser prendre à l’imposture publicitaire, en commençant par celle qui lui vante des friandises plus ou moins frelatées, en lui préparant des caries et des diabètes futurs.

Il y a certainement un moyen de parler aux enfants de choses véritablement importantes plus tôt qu’on ne le fait. »

Marguerite Yourcenar, « Les yeux ouverts. » 1980

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s