PETITES PÉPITES D’ESPOIR EN TEMPS DE CRISE

Garder l’espoir en temps de crise n’est pas qu’une sotte idée simplement romantique. Cela repose sur le fait que le monde n’est pas qu’histoire de cruauté, mais aussi de compassion, de sacrifice, de courage et de bonté. Ce sur quoi nous décidons de mettre l’emphase dans cette histoire complexe déterminera le sens que prendra notre vie. Si nous choisissons de ne voir que le pire, cela affectera notre capacité même de contribuer. Si nous nous souvenons de ces temps et lieux – et il y en a tant – où les gens ont agi avec dignité, cela nous donne l’énergie d’agir, ou au moins ça nous offre la possibilité de considérer un changement.

E si nous agissons, peu importe la porté de nos actions, nous n’avons pas à attendre
un grand avenir utopique. L’avenir n’est qu’une succession de petits présents, et le fait de vivre maintenant comme nous considérons que les humains devraient vivre, au mépris de tout le mal autour de soi, est en soi une merveilleuse victoire.

– Howard Zinn, La politique de la réforme humaine, une force pour el changement positif

Ces temps-ci, je suis à réparer quelques petits problèmes dans mon humble petit home en forêt. Petits et insignifiants problèmes comparés à ce qui se passe dans le monde. Du moins dans le monde de certaines personnes qui fuient les tirs et les bombes. Cette guerre en Ukraine qui nous fait d’ailleurs prendre conscience des nombreuses autres guerres qui sévissent ailleurs et que nous oublions. Ces guerres que nous préférons oublier parce que plus loin de nous, parce que peu rapportées dans les médias, parce que les victimes nous sont moins semblables. Mais guerres néanmoins. Et multiples misères non moins.

Alors comment arriver à simplement faire la paix avec notre petit bonheur et confort personnel ici en temps de guerre là-bas ?

La question se pose. Car troublant de penser que pendant que nous vivons dans une relative normalité, d’autres cherchent simplement à survivre. Sur la même planète, en même temps. Comment ne pas se sentir mal de ne pas être à leur place. Ou du moins responsable avec eux.

Si on considère le terme responsable à l’anglaise, comme dans responsability, comme habileté à répondre justement, quelle peut être notre réponse face à la grande guerre ?

_____
La vérité, c’est qu’il y a des moments dans l’histoire, des moments comme celui que nous vivons, où tout ce qui nous empêche de désespérer, tout ce qui nous permet de croire et de continuer à vivre, a besoin d’une cachette, d’un refuge. Ce refuge parfois, c’est seulement une chanson, un poème, une musique, un livre.
Romain Gary – Éducation européenne
_____

Personnellement, ce que j’aime faire pour contribuer à mon humble mesure consiste à semer quelques graines d’espoir sous forme de mots. Lancer à bouts de mots quelques pépites d’espoir ici et là, plus ici que là car toujours qu’ici pour soi finalement. En espérant que cet ici se rende ailleurs, jusque là. Là-bas. Qui n’est aussi qu’ici.

Ainsi, nourrir la paix, en soi, autour de soi. Créer de la beauté à petite échelle.

_____
Il ne faut pas seulement désirer la paix. Il faut la nourrir au quotidien, en soi comme autour de soi. Il faut parler de la paix, faire des actes de paix, au sein même de notre quotidien. Alors, et seulement alors, la paix sera possible dans le monde.
Alain Williamson, Des échos intérieurs via Robert Potvin

_____

Et, au risque de me répéter, de tout d’abord réaliser et prendre conscience de la grande chance, l’inestimable chance et précieux privilège de vivre en paix. D’avoir un toit, et chaud, et à boire et manger. Déjà plus que tant d’autres.

Et partant de cette précieuse base, en soi, la faire grandir, et partager autour de soi. Par des gestes, par des mots, par des pensées de paix et de justice. Partager de la beauté, partager de l’espoir car on ne peut être ailleurs qu’ici pour le moment, on ne peut qu’être soi-même.

Et continuer de marcher notre chemin. Avec le coeur. Dans la confiance.
_____
Quelqu’un m’a demandé : « Tu n’as pas peur de l’état du monde ? »

Je me suis permis de respirer et puis j’ai dit : « Ce qui est le plus important, c’est de ne pas laisser ton anxiété à propos de ce qui se passe dans le monde remplir ton cœur ». Si votre cœur est rempli d’anxiété, vous tomberez malade et vous ne pourrez pas aider.

Il y a des guerres – grandes et petites – dans de nombreux endroits, et cela peut nous faire perdre la paix.

L’anxiété est la maladie de notre époque.

Nous nous inquiétons pour nous-mêmes, notre famille, nos amis, notre travail et l’état du monde.

Si nous laissons l’inquiétude remplir nos cœurs, tôt ou tard nous tomberons malades.

Oui, il y a d’énormes souffrances partout dans le monde, mais le savoir ne doit pas nous paralyser.

Si nous pratiquons la respiration consciente, la marche consciente, la position assise consciente et le travail en pleine conscience, nous faisons de notre mieux pour aider et nous pouvons avoir la paix dans notre cœur.

S’inquiéter ne sert à rien.

Même si vous vous inquiétez vingt fois plus, cela ne changera pas la situation du monde.

En fait, votre anxiété ne fera qu’empirer les choses.

Même si les choses ne se passent pas comme nous le souhaiterions, nous pouvons toujours être satisfaits, sachant que nous faisons de notre mieux et que nous continuerons à le faire.

Si nous ne savons pas respirer, sourire et vivre profondément chaque instant de notre vie, nous ne pourrons jamais aider personne.

Je suis heureux dans le moment présent.

Je ne demande rien d’autre.

Je ne m’attends pas à un bonheur supplémentaire ou à des conditions qui apporteront plus de bonheur.

La pratique la plus importante est l’absence de but, ne pas courir après les choses, ne pas saisir.

– Thich Nhat Hanh

_____
17/3/2022

Une réflexion au sujet de « PETITES PÉPITES D’ESPOIR EN TEMPS DE CRISE »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s