CHOISIR OU/DE CHANGER

Peu importe ce que vous ne changez pas, vous le choisissez. Relisez.

Ces quelques mots font beaucoup de sens non ? Changer ou choisir, choisir de changer, changer de choix.

Si on ne change pas, on choisit de maintenir tel quel. Si on ne change pas, on choisit de ne pas choisir. Comportement, relation, situation.

Mais même si on ne change pas, ça va finir par changer quand même.

Même si changer n’est pas toujours facile, et requiert parfois quelques essais, on n’a pas vraiment le choix de choisir dans la vie. Ni de changer.

Fondamentalement, personne ne choisit de changer, personne ne veut changer. On aime quand on connait comment ça marche. Si on pouvait, plusieurs d’entre choisiraient que les choses demeurent telles qu’elles sont.

L’autre jour, je parlais avec un ami et il me disait qu’il était tel qu’il était et que cela ne changerait jamais. Je me suis permis d’en douter. Car comme on dit, dans la vie, la seule chose qui ne change pas c’est le changement. Tout change tout le temps. Tout finit par changer. Même ce qui semble éternel.

Peut-être que certaines choses ne changent seulement qu’à la surface. Car fondamentalement, pour perdurer, la vie a besoin d’eau, d’air, de lumière, de chaleur et d’équilibre. Et d’amour. Ça ça ne change pas. Je crois sincèrement que fondamentalement, c’est l’amour qui tient la vie, l’amour qui soutient toute vie. Et un peu de folie.

Il me semble tout à fait plausible de croire que si l’on choisit de ne pas changer quoi que ce soit – soit-il un comportement, une relation ou toute situation quelle qu’elle soit – on la choisit. On choisit de la maintenir. Par habitude, par peur du changement, ou par croyance. Ou par paresse peut-être. Peu importe le mot qu’on utilise.

Si on choisit de ne pas changer, c’est que la situation nous apporte encore plus d’avantages que d’inconvénients. Sinon, tout naturellement, on entamera un processus pour que les choses changent. Éventuellement. Car même si le changement prend le temps qu’il prendra, et parfois ça peut être quasiment infini, le seul fait de considérer changer est en soit un début de changement.

Mais parfois les choses semblent ne pas vouloir changer. Pas aussi vite qu’on voudrait qu’elles changent. Dans ces cas, la patience est de mise. Car parfois, la vie, dans sa grande sagesse, change d’elle-même à son propre rythme. Un pas à la fois, chaque pas dans la foi (une amie me rappelait ce week-end cette expression que j’utilise régulièrement, salut M. ;-).

La foi que les choses changent toujours pour le mieux même si cela n’en a pas l’air à première vue. Même si ça ne change pas assez vite à notre goût. Ou trop vite. Car peu importe, ça change la vie, et pas à peu près. Même si à la base, nous, les humain(e)s, avons toujours les mêmes quelques besoins fondamentaux.

Peut-être seulement à la surface que les choses changent. Alor qu’au coeur des humain(e)s, toujours le besoin fondamental d’amour et de sens qui règne.

Choisir de changer ? Changer ou choisir ? Toujours un choix. Ou jamais le choix, car tout change tout le temps.

Et comme on dit, plus ça change plus c’est pareil.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s